Arno Klarsfelsd sème la peur. Ne devrait-il pas avoir un devoir de réserve ? (brève AFP)

Le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), Arno Klarsfeld, a affirmé aujourd’hui qu’"une vague fondamentaliste touche la France" car "une grande partie des Tunisiens de France ont voté pour des listes fondamentalistes" lors des dernières élections tunisiennes.

"Une vague fondamentaliste touche actuellement le monde musulman. Elle touche aussi la France d’une certaine façon puisqu’une grande partie des Tunisiens de France a voté pour des listes fondamentalistes lors des dernières élections tunisiennes", explique Arno Klarsfeld dans un entretien au site d’informations Atlantico.

Il ajoute : "Selon moi, le moment n’est donc pas venu de donner le droit de vote aux étrangers alors qu’il existe encore des problèmes d’intégration : beaucoup de gens qui viennent d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne ne sont pas encore intégrés et n’ont pas encore intégré les valeurs de laïcité et d’égalité hommes/femmes".

M. Klarsfeld affirme qu’il serait "favorable" au droit de vote accordé aux étrangers "si la plupart des étrangers était intégrée, s’il n’y avait pas cette vague fondamentaliste. Cela n’a rien à voir avec la provenance des étrangers. Mon point de vue repose sur les valeurs que certains étrangers n’ont pas encore acquises", insiste-t-il. Arno Klarsfeld explique qu’il "utilise le terme ’fondamentaliste", pour désigner le parti Ennahda, qui a remporté les élections tunisiennes du 23 octobre, "car ce parti prône un retour aux fondamentaux de l’islam, où ne règne pas l’égalité hommes/femmes".