Usurpation de l’identité d’un maire pour faire un tract raciste (AFP)

Alain Cazabonne, maire Modem de Talence, près de Bordeaux, a indiqué mardi à l’AFP avoir déposé plainte pour usurpation de fonction et incitation à la haine raciale après la diffusion ce week-end d’un
tract faussement favorable à un projet de mosquée et abusivement signé de son nom.
Le tract, distribué dans des boîtes aux lettres du quartier Thouars, est
intitulé "Information municipale". Frappé du logo et des anciennes armes de ville, il est signé par "le maire Alain Cazabonne".
Il vise le projet de construction d’une mosquée, après que la mairie eut
avalisé en avril la vente d’un terrain du quartier à l’association des
Musulmans de Talence, dont la salle de prière est devenue trop exiguë.
Le tract, qui affirme que la mairie a "tout fait pour faciliter ce projet",
fait mine d’appeler les Talençais à "faire le meilleur accueil à ces
personnes" dans le cadre du "vivre ensemble" et les enjoint, "lors de la
grande prière du vendredi", de "ne pas laisser" leurs "voitures en
stationnement pour ne pas gêner".
"Ce jour-là, les chiens devront rester enfermés et les femmes devront
sortir en tenue décente", poursuit le texte, conseillant "de ne pas cuisinerdu porc" et de "ne pas boire ou manger en public" durant "le mois de Ramadan". Alain Cazabonne, qui "condamne totalement" ces écrits "nauséabonds", a déposé plainte lundi contre X auprès du parquet de Bordeaux pour usurpation de fonction et de titre, faux et usage de faux et incitation à la discrimination
et la haine raciale en raison de l’appartenance à un groupe religieux.
"Nous avons distribué (mardi) matin des rectificatifs dans toutes les
boîtes aux lettres du quartier pour dire que c’était un faux et que nous
avions porté plainte", a-t-il précisé.
"Il n’y a pas de raison que les musulmans n’aient pas le droit de pratiquer leur culte", a-t-il insisté, dénonçant "l’intolérance" et "l’hostilité à la liberté de culte".
"Alain Cazabonne et la mairie de Talence, extrêmement choqués par ce
procédé, laissent désormais à la justice le soin de donner les suites
nécessaires à cette affaire", indique la municipalité dans communiqué.