Le 14 juillet ou la fète à Fillon

Déception, jusque là il s’était tenu au dessus des dérapages racistes.Et vlan, il s’effondre à son tour et franchit le rubicond de la déclaration en dessous de la ceinture. C’est un bel acte d’allégeance à la voie choisie par le Président, c’en est fini de la rebellion. Paris vaut bien une messe !
Madame Joly quand elle s’en prenait à monsieur Roland Dumas ou d’autresn était française aujourd’hui qu’elle est dans l’opposition elle redevient norvégienne. On repense à cette chanson de Zebda le bruit et l’odeur et ce passage sur Noah qu’on aime bien quand il gagne les tournois.
Médiapart, donne une forme originale une idée de ce qu’est son 14 juillet, avec des références comme Brassens, Boris Vian.
A savourer à tout prix.

Voir en ligne : Mediapart