La trève des confiseurs sera respectée pour M Hortefeux, brève AFP

L’audience de procédure qui devait avoir lieu le
15 décembre devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire concernant Brice Hortefeux, poursuivi pour injure envers les Arabes, a été repoussée au 5 janvier, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
Le 4 juin, le ministre de l’Intérieur et ancien ministre de l’Immigration
avait été condamné à 750 euros d’amende pour avoir tenu en septembre 2009 des propos jugés "outrageants" envers les personnes d’origine arabe. Il avait fait appel.
Le 15 décembre, la cour d’appel devait examiner les arguments des
différentes associations, notamment le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), qui se sont constituées parties civiles dans le dossier. Leur recevabilité est en effet contestée par le ministre.
Mais pour des raisons d’organisation, cette simple audience de procédure a été repoussée au 5 janvier.
La date de l’audience sur le fond n’a pas encore été fixée. Elle pourrait
se tenir juste avant l’été ou au second semestre 2011.
La polémique est née en septembre 2009, avec la diffusion par lemonde.fr d’une vidéo où Brice Hortefeux tenait des propos ambigus pendant qu’il posait avec un jeune militant, Amine, né de père algérien, lors de l’université d’été de l’UMP à Seignosse dans les Landes.
Dans l’échange incriminé, une militante disait à M. Hortefeux qu’Amine
mangeait du porc et buvait de la bière, suscitant cette réplique du ministre :
"Ah mais ça ne va pas du tout, alors, il ne correspond pas du tout au
prototype". Dans un second temps, il ajoutait : "Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes".
Interrogé sur ses propos, M. Hortefeux avait assuré n’avoir voulu faire
"aucune référence à une origine ethnique, maghrébine, arabe, africaine et ainsi de suite". Plus tard, il avait laissé entendre que les propos incriminés concernaient les Auvergnats.