La fin de l’identité nationale ne veut pas dire la fin du cloaque

L’un des enseignements majeurs du remaniement a été la "mise au rencart" du ministère de l’identité nationale et la passage de l’Immigration à l’Intérieur (déjà plus conforme avec la logique intellectuelle en vogue depuis 2007).
Olivier Le Cour Grandmaison rappelle quelques petites évidences qu’il faut savoir garder à l’esprit et qui nous rappelle que si l’identité nationale a reçu l’extrême onction,il ne faut pas croire que l’on va enfin respirer un air moins vicié...

Voir en ligne : Libération