Le budget de la HALDE controlé par le parlement ? Poursuite de la mort programmée ? Reuters

Le député UMP Richard Mallié a déposé, comme il l’avait déjà fait l’an dernier, un amendement co-signé par 79 de ses collègues UMP visant à supprimer l’augmentation prévue de 350.000 euros du budget de Halde pour 2011.

"Notre pays traverse actuellement un contexte particulier, et le train de vie de la Halde a interpellé les députés de la majorité", déclare-t-il lundi dans un communiqué.

L’élu estime que la Halde "est loin d’être exempte de critiques sur sa gestion" et rappelle que le pré-rapport de la Cour des comptes est "accablant" : marchés publics à la limite de la légalité, dépenses en communication exorbitantes (6,2 millions d’euros entre 2005 et 2009), loyer annuel de 1.831.952 euros pour 2126 m2 (qui abrite 85 personnes)" à Paris.

"On peut également s’interroger sur les 300.000 euros d’indemnités versées aux membres du Collège et du comité consultatif", ajoute-t-il en soulignant que, "depuis 2008, son budget flambe aussi bien pour les dépenses de fonctionnement (+12%) que pour les dépenses de personnel (+13%)".

Le député UMP des Bouches-du-Rhône avait déposé l’an dernier un amendement identique qui avait été rejeté en séance publique à la demande du gouvernement.

La Halde, créée par la loi du 30 décembre 2004, est présidée depuis avril 2010 par Jeannette Bourgrab. La Cour des Comptes a épinglé en septembre la gestion de son ancien président, Louis Schweitzer.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse