Une agression raciste.

Bien sur, il faut prendre ce genre d’information avec prudence, dans le passé on s’est trouvé en présence d’assertions fantaisistes (on se souvient de cette femme qui prétendait sur toutes les télés avoir été agressée dans le RER, car on pensait qu’elle était juive, entrainant dans l’émotion, un peu à la légère d’ailleurs, une secrétaire d’Etat...)
Cependant, si elle s’avèrerait vraie, on se trouverait, une nouvelle fois, devant une preuve de l’islamophobie rampante, pas assez dénoncée comme elle devrait l’être pourtant.
On aimerait voir le battage médiatique ayant accompagné des affaires tout aussi dramatiques (cf la brève "Quand le communautarisme devient un poison ", lisible en cliquat sur le mot "brèves" en tête de la colonne)
Cette islamophobie s’étend à l’échelle européenne (cf la brève sur l’islamophobie à l’italienne), et va croissante depuis le 11 septembre dans un contexte d’impunité étonnante.
Qui se souvient de ces cimetières d’anciens combattants souillés dans le Nord, ou de ces mosquées vandalisées sans parler de certaines déclarations et de polémiques sur des caricatures qui ne sont pas attentatoires dès le moment qu’elles seraient justifiées par la liberté d’expression (que tout le monde apprécie et est prêt à défendre becs et ongles, comme on apprécierait que toutes les sensibilités bénéficient d’un respect élémentaire).
Cet homme a été agressé car on le percevait en tant que musulman, peu importe d’ailleurs qu’il le soit réellement, ce qui est important c’est que là on touche à la partie la plus intime de la haine !
L’islamophobie doit être combattue avec vigueur, au plus haut niveau, il en va de la bonne santé de la République.

Voir en ligne : L’article du journal La Croix