60 ans après, les plaies ne peuvent guérir que si on reconnait les fautes

Le journal Ouest France rapporte qu’un habitant de Bretagne âgé de 86 ans, vient de déposer plainte contre l’État français complice de la déportation de sa jeune sœur et de sa nièce qui moururent victime de la barbarie à Auschwitz, tragique destin qui fut celui de millions d’autres victimes innocentes.
Il est temps pour notre pays d’apurer le passif des dettes que nous pouvons avoir avec l’histoire, esclavage, colonisation et guerres de décolonisation, déportation et collaboration.
François Mitterand et Jacques Chirac ont déjà fait des amorces de reconnaissance courageuses. Malheureusement, les berges de certaines plaies se sont réouvertes lors du vote de la fameuse loi rendant hommage aux "bénéfices" de la colonisation , ou lorsque des arguties juridiques ont été utilisées au moment du dépôt de plainte d’association de déportés contre la SNCF.
La France s’est grandie à chaque fois qu’elle a reconnu ses erreurs et elle s’est ainsi mise en paix avec son passé.
Ce mouvement doit se poursuivre, il reste si peu à faire et tant à y gagner !

Voir en ligne : lien vers le site du journal Ouest France