Agression au pied de la tour Eiffel

Deux femmes voilées ont essuyé une prise de bec violente initialement pour une affaire chiens non tenus en laisse. Ce qui aurait pu se limiter à un conflit banal, à évoluer vers le tragique puisque un couteau a été sorti et que le sang a coulé.
La préméditation n’est pas en cause, mais l’acte raciste est certain.
Il y a eu peu de publicité sur cette affaire et si ce n’avait été les réseaux sociaux, utiles dans ce cas, l’affaire serait passé à la trappe.
On note d’ailleurs une recrudescence des actes islamophobes, le mot gène toujours autant, surtout depuis le meurtre de Samuel Patty.
Et on voit bien le danger de l’amalgame ou de l’effet d’opportunité pour les racistes.
Gageons qu’il sera de plus en plus difficile de maintenir un digue contre le racisme malgré toutes les bonnes volontés de part et d’autres, le débat politicien, les chroniqueurs spécialistes de la vindicte et de l’intolérance n’y sont pas pour rien.
Que la France des Lumières se réveille !

Voir en ligne : Libération