Le bar de la Tournante

On a eu les tournantes qui se pratiquaient dans toutes les cités.
On a eu le bar de Sevran, images à l’appui où les femmes étaient interdites de séjour.
Balivernes que tout cela, il n’y a pas de café du bled à Sevran.
Encore un coup des complotistes, voire une fake news de Donald Trump ?
Que nenni, c’est France 2 la chaine du service publique qui se met au niveau de la rubrique à brac d’une feuille de chou.
Comme le savent tous les illusionnistes on voit souvent ce que l’on a envie de voir, il y a tellement de préjugés sur les quartiers que ces journalistes ne connaissent pas et ne fréquentent pas, que l’on force le trait un peu comme un médecin qui s’accrocherait à un diagnostic tirés par les cheveux faute de pouvoir se résoudre à une conclusion moins évidente.
C’est ce que l’on retiendra comme explication à cette superbe boulette afin de ne pas grossir les rangs des complotistes qui eux y verront d’autres raisons.
Mark Twain dans l’’Amérique d’un écrivain, son autobiographie (éd. Tristram, 2015), il raconte l’époque où travaillant au Morning Call de San Francisco à la fin du 19ème siècle. Mains courantes du tribunal de police, bagarres entre Irlandais et Chinois : les sujets étaient assez ennuyeux et, comme il fallait de la copie, Twain écrit que « s’il n’y avait pas d’incendie à signaler, nous en allumions un ».

Voir en ligne : Le Monde