Crise des migrants

Terme pudique mais désormais consacré pour nommer une catastrophe humaine qui fait qu’aujourd’hui on nous annonce que des passeurs au large du Yemen jette des hommes par dessus bord comme dans les films de pirates de notre enfance.
Drame qui souligne la médicocrité de la commission européenne incapable d’organiser une réponse coordonnée et organisée et d’établir un dialogue avec les pays concernés.
Tragédie qui montre nos égoismes, nous avons laissé la Grèce seule, nous avons été bien content que l’Allemagne acceuille 1 million de candidat à l’immigration, aujourd’hui nous laissons les italiens et les espagnols "se dépatouiller" avec les nouveaux arrivants.
N’avons nous pas compris que cela ne va pas cesser ? que ferons nous quand ils seront 2 ou 3 millions à pousser sur les portes que nous tentons de tenir closes ?
Quand cesserons nous de tenter de boucher les trous avec du chewing gun du bateau qui coule ? Quand accepterons nous de regarder en face les conséquences de nos poltiques d’apprentis sorciers, de nos soutiens à des régimes corrompus qui nous arrangeaient et qui ont empéché le développement de nombreux pays ?
Quand nous engagerons dans une véritable politique de co développement ?
Pas demain visiblement, et il est plus facile de rendre responsables les ONG d’un appel d’air qui cache mal notre désarroi face à une situation qui nous dépasse tel le docteur Frankenstein débordé par sa créature.

Voir en ligne : Le Point