Le retour nietzschéen

Monsieur Chevénenent est pressenti pour occuper la présidence de la fondation de l’Islam de France.
Dans une interview donnée au Parisien, il explique le sens de sa démarche et dit ne pas se dérober mais souhaite garder sa liberté d’homme politique.
Il ré affirme de grands principes sur la liberté du culte, et encourage les musulmans à la discrétion. Ce concept de discrétion mérite explications, car on a l’impression d’entendre ce qui se disait dans les années 60 ou 70, maladresse invonlontaire souhaitons le, mais pas sur... Pour preuve, il affirme tout de go, sans en avoir discuté avec un coseil d’administration pas encore nommé, que la fondation empéchera les financements étrangers, visiblment il n’a pas compris qu’au contraire une fondation comme cellela permet de les anonymiser ! Cela commence mal.

Voir en ligne : Le Figaro