Une fresque qui rend hommage aux chibanis

A Malakoff une initiative qui force le respect, une fresque sur un batiment représente un chibani qui noue sa cravate.
A travers lui on rend hommage à tous ses hommes et nous l’espérons aussi à ses femmes oubliés de l’histoire du 20ème siècle et qui font pourtant partie du terreau de ce pays ! Toutes ces vies à qui on a tant demandées et à qui on a si peu donné. Toutes ces éxistences dont un labeur discret mais si conséquent, dont la seule récompense fut un salaire modeste et une marginalisation quasi constante.
Par cette fresque sur laquelle on communique trop peu on a ici une pierre au monument qu’il faut construire pour tous ces immigrés qui furent les batisseurs de ce pays, qualque soit leurs origines et la date de leur arrivée dans ce pays.
Première du genre, cette initiative force l’admiration, qu’elle soit saluée !

Voir en ligne : Liberation