Nuit debout

Chacun sa nuit debout. les habitants de celle de la cité Paul Eduard, ce poète tant chanté par les communistes, ont organisés la leur.
Ils sont le visage de nombre de cités de la Seine Saint Denis et d’ailleurs, ces quartiers que l’on laisse en marge et où s’organise une vie avec des règles un peu différente.
alors qu’on nous rebat les oreilles avec l’état de droit, la République qui ne reculera pas...Des habitants, des citoyens comme vous et moi payant leurs imôts, travailant souvent, conduisant leurs enfants à l’école, se voit voit imposer la dictature des dealers qui réglementent l’accès aux quartiers, salissent, font du bruit jusqu’à une heure avancée de la nuit. Ces gamins entre 16 et 25 ans sont les vrais maitres de ces quartiers.
Ne voilà pas que des habitants tentent une nouvelle fois de s’opposer à cet état de fait, s’organisent et descendent dans le quartier pour reconquérir l’espace publique et que fait la puissance publique : rien !
Dormez si vous le pouvez braves gens, l’état est mort, vive l’état !

Voir en ligne : Le Parisien