François Hollande où quand le président tue le gentil candidat:le point de vue de la banlieue

Il en avait promis des choses, lutte contre les discriminations, contre le contrôle au faciès, développement des quartiers populaires, emploi pour la jeunesse,vote des résidents étrangers...
Le butin est maigre, des reniements, oublis, reports aux calendes grecques, c’est le lot commun pour ceux qui avaient tant espérés et qui aujourd’hui regrettent leur votre, mais qui devront peut être le reproduire à cause du bien commode épouvantail Le Pen.
Peu de chance de se rattraper d’ici 2017, fort heureusement la mémoire des quartiers et leur force intrinsèque sont grandes, et ces causes avancent malgré l’opposition.
Ces reportages dans libération, sont absolument à lire !

Voir en ligne : Libération