La crise frappe d’abord les plus faibles

La crise frappe plus fort en banlieue, on le savait déjà
Les handicaps habituels sont encore plus marqués en cas de crise et le 93 souffre encore plus qu’en temps normal, chomage, grande misère, la tiers mondisation de certains quartiers est en marche !

Voir en ligne : Le Monde