L’armée, les "quartiers"

On avait déjà entendu ça venant du maire écologiste de Sevran, là c’est une sénatrice maire socialiste qui fait la même demande face à une situation inadmissible que ceux qui s’émeuvent aujourd’hui ne connaissent pas. Il faut savoir ce que c’est de vivre dans un immeuble, une cité où des jeunes gens de moins de 25 ans font la loi, contrôle les identités et les accès, discutent et rient à tue tête en écoutant de la musique pendant une bonn epartie de la nuit.
Il faut vivre dans ces quartiers où dès 13 ans des adolescents quittent l’école pour devenir "chouffeur" en attendant de monter en grade comme dans tout bon système mafieux.
Il faut vivre dans ces quartiers où l’image de la réussite est celle du petit trafiquant qui roule en voiture de sport à 100000 euros.
Il faut vivre dans ces quartiers où les habitants on vu la peur dans les yeux de la police ou le dégout quand les dealers ne se cachent même plus devant eux.
Alors certes l’armée n’est pas ce qu’il y a de mieux dans le maintien de l’ordre, mais on a déjà laissé alller trop loin. L’ordre doit revenir dans l’intéret de tous, car il n’y a pas que Marseilles et Sevran, qui sait qu’à St Ouen de l’autre côté du périphérique,il existe plusieurs point de deal où l’on vous demande de monter vos papiers si vous voulez voir un proche ? Qui sait qu’à Aulnay dans une rue portant le nombre d’un célèbre médecin, les médecins d’aujourd’hui qui vont y faire leurs visites quand ils en ont encore le courage le font sous conditions ?
La Droite de M Sarkozy n’avait aucune légitimité pour le faire compte tenu de ces excès de language, c’est donc au gouvernement de M Hollande d’avoir le courage de faire ce travail difficile (encore possible ?), sous peine d’avoir de manière durable, la régence des maffias sur les quartiers !

Voir en ligne : Le Monde