L’usage intempestif du terme « repentance » n’est pas fortuit

Gilles Manceron, revenait hier dans une conférence sur le concept de repentance utilisé par le président au début de l’année et de par le passé pour repousser toute reconnaissance des crimes coloniaux commis en particulier en Algérie.

Voir en ligne : Algérie plus