Un crime contre lʼhumanité ... Au delà des mots, la réalité des crimes coloniaux.

, par  Collectif "L’égalité d’abord !" , popularité : 19%

Les propos de monsieur Macron sur les crimes coloniaux ont soulevé une étrange indignation quand on connait un peu l’histoire de la colonisation en Algérie.
C’est semble t-il le cas de l’association nationale des Pieds noirs progressistes et leurs amis

Au-delà des mots, oui, l’Etat français est comptable des crimes et des horreurs commis pendant les 132 ans que durèrent la conquête et la colonisation de l’Algérie.
Oui, la colonisation est la mise en servitude dʼun peuple, la destruction de ses repères sociaux, culturels, économiques, et leur remplacement, imposé par la force, par un système de valeurs étranger à « l’indigène » où rien ou si peu ne lui est laissé.

Oui, la colonisation de l’Algérie s’est tout au long accompagnée de massacres organisés pour soumettre le peuple, de misère et de famines nouvelles et dévastatrices – avec une population diminuée d’un tiers de 1830 à 1871 -, d’acculturation et d’asservissement. Et si l’Etat français est comptable de cette réalité, force est de dire qu’il bénéficia d’un large consensus national, « métropolitain », qui ne se démentit qu’au dernier temps de la guerre d’indépendance.

Les cris d’orfraie de la droite et de ses extrêmes, de Fillon aux Cioti et Le Pen, sont logiques et attendus, qui alimentent leur fond de commerce politique, calculs sordides mêlant louange du passé colonial, racisme, haine et rejet de l’autre.
Attendues aussi sont les réactions outrées de certaines associations de Harkis et de pied-noir d’extrême droite, qui ne sont que les immédiats relais de leurs mentors politiques. Et pourtant, que ces réactions sont inappropriées, absurdes : les harkis ont été doublement victimes, d’abord comme sujets indigènes puis comme supplétifs forcés de ce que on leur fit faire puis subir ; les pied-noir ont été autant bénéficiaires que victimes du système colonial. Ce n’est pas à eux mais à l’Etat français de rendre compte des crimes de la colonisation !

LʼANPNPA réitère son appel à la reconnaissance par le plus haut de lʼEtat français des crimes et des horreurs qui furent alors commis : reconnaître officiellement la réalité du colonialisme, sans repentance ou demande de pardon aux hommes ou à un Dieu !

Au-delà de mots, que le candidat Macron dépasse ses propos contradictoires sur la colonisation, dʼoeuvre civilisatrice à crime contre lʼhumanité, et nous rejoigne dans l’appel international lancé par Le Cour Grandmaison pour la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France !

Voir en ligne : reconnaissance des crimes coloniaux

Brèves Toutes les brèves